Les Québécoiseries (suite)

A la demande générale, voici la suite des Québécoiseries, meilleures expressions de nos amis Québécois, et ce, pour le plus grand plaisir des Français ! Je ne m’en lasse pas, alors c’est avec plaisir que j’en remets une couche.
Alors, commençons avec la catégorie « Je prends un verbe anglais et je rajoute –ER à la fin pour que ça fasse bien français (du Québec)». En fait, je suppose que cette tendance ne tardera pas à traverser l’Atlantique, puisque les Français ne crachent pas sur les anglicismes. Imaginez            M. Toubon en vacances au Québec…pour le coup, il reviendrait en France en 2-2 en mode «Riennevaplus» !
Alors, dans le genre, j’ai entendu : « Désolé, mais il va falloir canceler le RDV de demain Madame.» CANCEL+ER= CANCELER=ANNULER. Capice ?
Mais aussi, alors que j’étais dans un taxi (avec un français de surcroit), au moment de payer, il me dit : « c’est bon, on a qu’à spliter » SPLIT+ER=SPLITER=PARTAGER/DIVISER.

Vous avez compris le truc ? Nous aussi on peut le faire ! Facile à retenir, ingénieux, déclinable à l’infini.
Et puis il y a ma catégorie préférée, intitulée (par moi-même) « Même mot, carrément pas le même sens ». C’est la saison de l’érable, le sirop coule à flot ici, c’est festif, on célèbre le nouveau cru et c’est un peu l’équivalent de notre Beaujolais Nouveau.

Je me suis donc retrouvée à acheter une sucette à l’érable pour ma fille. Pour la petite histoire éducative, la façon de faire est super marrante : ils versent une petit quantité de sirop d’érable imagesCAIUYLTWchaud sur de la glace pilée, attendent quelques secondes, puis prennent un bâtonnet et enroulent le sirop durci. Ça donne, je vous le donne dans le mille : une sucette ? Et non, c’est un suçon ! (et ça marche pour tous types de sucettes). Exemple de double-sens à son paroxysme !

La semaine dernière, un mec m’a accostée en me complimentant sur ma tuque. Ma quoi ? Come again ? Il a dû comprendre mon désarroi et dit : « Votre tuque, votre chapeau quoi ! » Traduction= mon bonnet ! Ma tuque, ma tuque ; moi, à part les Tuc Soufflés….

Au supermarché, -et oui, on ne discrimine pas. Mes expériences linguistiques arrivent n’importe où- une petite grand-mère dit à son mari : « Tu n’oublieras pas d’aller chercher de l’eau gazée ?! » J’ai ri ! J’aime beaucoup celle-là !

Voilà une expression complètement déroutante quand tu es français et que tu viens d’arriver : “Ecoute, c’est écœurant, tu vas voir.” C’est déroutant parce que ce mot signifie super, génial, un truc de fou quoi !
Va comprendre Charles !

En parlant d’expression, il y en a une que je trouve très mignonne : « Se sucrer le bec ». Mon mari qui apprend le français m’avait dit qu’à la base, ça signifiait embrasser, mais après investigation, c’est tout simplement un synonyme de manger des choses sucrées.

Voici le paquet de gâteaux apéros trouvé au supermarché récemment : savourez les grignotises messieurs dames ! C’est chou non !?

20140226-152049.jpg

Et la dernière pour aujourd’hui parce que je suis tombée dessus ce matin:

20140227-101529.jpg

Cotton-tige?

A la prochaine pour de nouvelles Québécoiseries!

 

One thought on “Les Québécoiseries (suite)

A comment? Un commentaire?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s